15 janvier 2007

Fin de l'histoire

Oui je sais j'ai mis du temps à revenir ici.

Il y a eu les fêtes puis la reprise du boulot et là je suis de nouveau en déplacement, de nouveau pour un mois, mais ce coup-ci moins loin de chez moi, je peux aisément rentrer le Week-End.

Il faut donc, pour clôturer la vie de ce blog, que je vous raconte mon trajet retour...

Je partais le Samedi matin et mes collègues, pour fêter leur intronisation dans le merveilleux mon de Walt Disney (oups désolée je m'égare) de FCI disais-je, ont organisé une petite soirée (ou alors c’était une soirée juste pour mon départ…) . Chacun avait préparé quelque chose de typique, du coup c'était super sympa, on a bien rigolé, et puis je me suis régalée... Ils avaient vraiment bien cuisiné... je suis donc rentrée tant bien que mal à l'hôtel. Oui oui vous avez bien lu, tant bien que mal... Là vous vous dites, non c’est pas possible elle les attire, et bien oui, je vous l’avoue je les attire… Effectivement, je devais rendre la voiture le Vendredi soir, du coup je ne pouvais pas rentrer par mes propres moyens à l'hôtel, il fallait que quelqu'un me ramène... Comme Keven passait pas trop loin de mon hôtel avec la voiture qui le ramenait chez lui, je me suis dit que je pourrais emprunter le même moyen de transport… Me voilà donc décidée à monter dans la voiture et le mec qui gère les déplacements dit au chauffeur « Tu dépose la dame en 1er, à l’hôtel Véranda Trou aux Biches »… Il devait y avoir trop d’informations dans la même phrase parce que, j’ai mis bien plus que mes 20 minutes habituelle pour rentrer. Quand j’ai vu le mec rater la première sortie possible je me suis dit qu’il devait connaître un autre chemin, quand je l’ai vu rater la deuxième j’ai commencé à m’inquiéter mais quand j’ai vu qu’on avait dépassé la ville , là je me suis dit que j’étais mal. En effet, après avoir demander au chauffeur, on s’est aperçu que, ne connaissant pas le Véranda de Trou aux Biches, il avait pensé que c’était le Véranda de Grand Baie (genre il aurait pas pu demander histoire d’avoir confirmation… non non) Bref on a fait demi tour, le mec était pas content du tout et il s’est mis à rouler très très vite sur des routes très très petites, bref je me suis demandée si j’arriverais entière à l’hôtel…

Presque une heure après être partie, je suis quand même arrivée à l’hôtel. Il était plus de 23h… et je devais quitter l’hôtel le lendemain à 5h, je suis donc allée payer ma facture et je suis retournée finir ma valise.

Le lendemain à 5h inutile de dire que je n’étais pas fraîche… J’avais réussit à finir ma valise à 1h du mat’ et j’étais tellement excitée à l’idée de partir que je n’arrivais pas à dormir…

Le chauffeur (pas le même, je précise…) était là à 5h pétante et nous voilà parti vers l’aéroport. J’avais, ma valise (enoooorme), la mallette portable, la sacoche de documents, mon sac à main et un sac de voyage en plus pour caser tous les souvenirs. Bref en arrivant à l’aéroport j’entreprend de faire enregistrer ma valise (histoire de me débarrasser du plus encombrant…). Jusque là tout est normal, sauf que ma valise au lieu de peser 31kg comme à l’aller, elle en pesait 39… il a donc fallu que je réorganise mes bagages, heureusement qu’il n’y avait personne à l’aéroport…en plus l’enregistrement en business, ça va super vite, donc, ma valise monte sur le tapis et je demande d’une voix innocente à l’hotesse « Existe-t-il un moyen d’être sur que la valise arrive à Paris ? » La dame me regarde outrée, et me voilà en train de lui expliquer mes déboire de valise de l’aller… J’ai dû toucher la corde sensible parce qu’elle m’a répondu qu’elle allait faire son possible. Elle a donc collé une étiquette « Prioritaire » sur la valise ainsi qu’un pendentif « Heavy – Lourd » du coup en arrivant à Paris (avec une heure de retard tout de même) j’ai récupéré ma valise dans le ¼ d’heure suivant mon arrivée devant le tapis roulant. Entre ma descente de l’avion et ma montée dans le taxi (que j’avais réservé depuis Maurice) il m’a fallu ½ heure ce qui est tout a fait honnête.

Dans l’avion tout s’est bien passé, les gens étaient absolument adorables et la clase business c’est vraiment le pied. L’hotesse en chef m’a dit que c’etait un plaisir de voyager avec moi parce que je n’etait que douceur et gentillesse… (hein mon cheri, douceur et gentillesse… je te le ressortirais quand tu me trouve insupportable…) Ca va être dur maintenant de voyager en éco voire même en low cost… Enfin, pendant le trajet on a survolé le Sahara et les montagnes, c’était vraiment magnifique. Je vous montre quelques photos :

DSCN7188    le Sahara, la couche d'Ozone et le ciel...

Voilà ces photos clôturent mon aventures mauricienne. Merci à vous de m’avoir lu, d’avoir poster un petit mot, ce qui me permettait d’être un peu plus proche de vous même si j’étais a l’autre bout du monde.

Voici le mot si difficile à mettre après une aventure humaine pareille :

FIN

DSCN7216    encore des nuages mais pas les mêmes...

DSCN7221    les Montagnes

DSCN7229    le couché de soleil par les hublots

DSCN7208    les nuages

DSCN7205    les dunes

Posté par jlaurette à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Fin de l'histoire

Nouveau commentaire